Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 09:17

Pierre-Larrouye.jpgLes territoires : vecteurs de confiance et de compétitivité -Par Pierre Larrouye, économiste et Pierre Benaïm, expert en innovation

 

"La compétitivité de court terme niche là, dans cet enthousiasme de proximité, dans cette reconquête de la confiance citoyenne"

 

Compétitivité et confiance sont devenues depuis quelques semaines les mots clés et consensuels pour affronter les enjeux majeurs d’un avenir économique et social dont chacun, en son for intérieur, avait bien mesuré qu’il exigerait des mesures difficiles. La Présidentielle de 2012 s’est focalisée sur la dette. Mais le contexte appelle un supplément d’âme qui permet la mobilisation, la fédération des énergies et la révolte consensuelle.     

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

 

 « La confiance comme « lubrifiant social » »

 

Compétitivité et confiance sont indissociables : « la confiance est un lubrifiant social » comme le dit  K.Arrow, prix Nobel d’économie 1972. Hélas, la période est peu propice. Comment ne pas mesurer la défiance citoyenne à l'égard du politique? On ne peut donc se contenter de mesures gestionnaires. Il faut incarner, s'engager, porter un espoir dans un pacte citoyen mobilisateur. L'atout maître est que  le citoyen est  majoritairement mature, conscient, informé et en attente réaliste d'un projet qui l'associe.

 

Le pacte de compétitivité présenté par le gouvernement sera complété par des accords sociaux, par une brique supplémentaire de la décentralisation, par la recherche d'un programme d'investissements de croissance européen.

Mais la réussite de toute politique publique en ce sens repose sur un pacte citoyen permettant cette relation fusionnelle confiance compétitivité.

 

« Initiative territoriale et principe de subsidiarité »

 

 En Europe aujourd’hui les « grands travaux » sont autant de défis sociétaux : énergie et développement durable, numérique et économie de la connaissance, santé et économie du vieillissement. Ceux-ci imbriquent fortement axes de recherche fondamentale, de compétitivité et d’implication citoyenne. Ces grands travaux, que nous appellerons « travaux  de génération » ont un fort impact sur la cohésion sociale.

 

Le projet de Loi de décentralisation s’avère d’autant plus stratégique que la plupart des réponses à ces travaux se trouvent au croisement de politiques nationales ambitieuses et d’initiatives territoriales. Ce sont des territoires que naissent les projets collaboratifs, la proximité étant un facteur clé de la fertilisation croisée. Les collectivités ne s’y sont d’ailleurs pas trompées, puisqu’elles portent des actions politiques fortes de soutien à leurs économies locales, avec notamment des agences d’innovation ou de développement, mais également des pôles  de compétitivité, des « clusters » et des dynamiques collectives nouant recherche et monde économique. Le principe de subsidiarité et l’initiative territoriale doivent être au cœur de ce projet.

 

 

La période exige donc une étroite relation entre stratégie nationale et initiative territoriale. La mise en place de règles qui en permettent l’épanouissement est essentielle. Le combat contre la crise est également un combat contre le temps. Ceci est visible avec les marchés au niveau de la crise financière. Ceci est aussi vrai pour la reconquête en matière industrielle et de compétitivité. Les grandes actions stratégiques nécessaires autour de l’innovation de rupture supposent du temps. Les effets ne sont pas immédiats. Les effets connus par la science économique autour des multiplicateurs et accélérateurs de l’investissement, sont plus forts et plus rapides dans la proximité et les circuits courts. C’est ce qui est visé dans la priorité donnée aux PME/TPE, ce doit être aussi le choix d’un soutien fort à l’initiative territoriale.

 

Il semble que ces besoins soient pris en compte par la création d’une Banque publique d’investissement en association avec les Régions. Est-ce suffisant ? Est-ce suffisant, en particulier, pour obtenir le choc de confiance recherché ? Les citoyens sont sceptiques face à des initiatives qui ne leurs paraîtraient pas totalement transparentes. La première innovation est donc, sans aucun doute, à réaliser en matière d’organisation sociale.

 

Les projets d’intérêt général, en particulier ceux qui correspondent à des enjeux sociétaux, nécessitent à la fois une gouvernance publique garante et responsable de cet intérêt général et du long terme et un mode d’organisation qui permette de privilégier les complémentarités et la transversalité. Il faut tout à la fois s’aligner sur les compétences et ne pas en être trop tributaire. A l’instar des pôles de compétitivité qui permettent une coordination verticale de filière, les pôles d’économie cohésive* répondent à ce dessein. Ils assurent « l’être ensemble », la cohésion sociale et « le faire ensemble » d’acteurs coordonnés qui conservent leurs spécificités. Ce nouveau « mode projet » permet une transparence, une responsabilité claire et génère donc une confiance forte. C’est la condition du nouveau pacte citoyen à rechercher pour augmenter la confiance et donc la mobilisation source de compétitivité. Les politiques oseront-ils passer à cette organisation qui permettrait aux territoires de retrouver de la souplesse pour mener à bien des actions prioritaires?

 

« Investissez là où vos enfants vivent »…

 

 Plutôt qu’un livret d’épargne, thématique mais général, ne pourrait-on passer à une mobilisation de l’épargne territoriale sur des projets plus identifiés : « Cette épargne disponible et mobilisable en proximité est un atout fort pour la France. Le mode projet permettrait la levée d’une véritable fierté de contrer les marchés financiers en soutenant des programmes de proximité d’intérêt général. Le succès de l’offre portée par le livret A montre que cela est possible et que l’on pourrait éviter que cette épargne n’irrigue pas suffisamment l’économie réelle.

Au-delà de l’association des régions au management de la BPI, la Loi de décentralisation pourrait être plus ambitieuse. Les territoires devraient pouvoir bénéficier de garanties de celle-ci pour créer dans la proximité, un fond d’investissement pour les grands projets d’initiative territoriale d’intérêt général. Il constituerait un levier pour drainer une seconde vague d’épargne, territoriale, autour d’un pacte citoyen fédérateur et mobilisateur

 

La compétitivité à court terme repose sur cette mobilisation autour d’un patriotisme territorial des énergies disponibles. Voici le sens de la subsidiarité, laisser s’épanouir ces énergies, raccourcir les circuits, favoriser les actions terrains communes.

La compétitivité de court terme niche là, dans cet enthousiasme de proximité, dans cette reconquête de la confiance citoyenne.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Observatoire de la Démocratie - dans Etudes - travaux universitaires - recherche
commenter cet article

commentaires