Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 17:39

LOGO OD Janv 2011Dépêche AFP- PARIS — Forte de sondages favorables pour la présidentielle, Marine Le Pen, présidente du FN, devient de plus en plus fréquentable dans les médias à la différence de son père, qui y fut longtemps "persona non grata", mais la vigilance reste de mise dans les rédactions.

Pour la première fois dans l'histoire de Radio J, Marine Le Pen, contrairement à son père, était ainsi invitée sur la plus importante radio juive. Une révolution qui n'aura duré que quelques jours, puisque sous la pression des organisations communautaires juives, la radio a du faire marche arrière.

Reste qu'un tabou est tombé. Et que les médias sont de plus en plus décomplexés, vis à vis de Marine Le Pen, qui cultive son image de femme moderne décontractée, mère de trois enfants, à l'opposé du style martial de son père.

C'est dans l'hebdomdaire féminin Elle de cette semaine que s'affiche la blondeur féminine de la présidente du Front national : un portrait très distancié, sur deux pages avec une grande photo de cette "passionnaria" de la politique.

Pour Caroline Laurent-Simon, qui a brossé le portrait de Marine Le Pen, il s'agissait de "voir justement sa tentative de séduction des médias et d'utilisation systématique de son genre féminin".

"Au Front national, on nous la vend comme un pur slogan publicitaire, a confié à l'AFP la journaliste. On nous dit : +Regardez comme elle est douce, c'est une femme, elle est formidable et n'a pas d'idées extrémistes+. Mais c'est faux. C'est du copié-collé du père".

Cet article a valu à l'hebdomadaire une violente attaque de Jean-François Copé, accusant Elle de faire de la publicité à Marine Le Pen. Une remarque jugée jeudi "désobligeante" par la Société des Journalistes du magazine.

Couronnée par de récents sondages, Marine Le Pen a de fait su habilement déjouer les craintes qu'avait pu inspirer dans les médias son père, avec ses propos antisémites.

Jean Daniel, dans son éditorial du Nouvel Observateur, s'étonne d'ailleurs cette semaine que "les médias accordent une importance complaisante à tous les propos de cette charmante héroïne".

En écho, Maurice Szafran, directeur de la publication de Marianne, interrogé par l'AFP, s'interroge sur cette banalisation du phénomène Marine Le Pen.

"Puisqu'elle a dit que la +shoah+ est la plus grande tragédie de l'histoire contemporaine, elle redevient tout d'un coup fréquentable, alors qu'elle tient sur les immigrés et sur les musulmans des propos absolument épouvantables".

Au Monde, "on reste vigilant et très attentif à ce qu'il n'y ait pas de banalisation du phénomène Marine Le Pen, souligne Françoise Fressoz, chef du service politique. Mais on est interpellé sur la personnalité de Marine Le Pen qui peut créer de l'empathie, beaucoup plus que son père et qui est dans une sorte de phénomène populiste".

Sur les plateaux de télévision, Marine Le Pen a aussi trouvé sa place. Mais, pas question d'ostracisme ou "a contrario" de favoritisme. Car le Conseil supérieur de l'Audiovisuel veille.

"On est soumis à des règles assez simples d'équilibre des temps de parole", souligne le directeur des rédactions de France Télévisions, Thierry Thuillier.

Pour lui, la question de la place du FN dans les médias est réglée en grande partie depuis avril 2002, avec Le Pen au deuxième tour de la présidentielle. "Honnêtement, cette banalisation des Le Pen a commencé bien avant l'arrivée de Marine Le Pen", estime-t-il.

Si à Canal+, l'émission "Le Grand Journal" a ouvert son studio à Marine Le Pen comme à son père, deux animateurs de France 2 Michel Drucker et Laurent Ruquier ont fait entendre leur différence, refusant d'accueillir la leader du FN.

 

Marine Le Pen, une personnalité de plus en plus fréquentable dans les médias

Dépêche AFP - De Isabelle DENIEUIL (AFP) – il y a 1 heure 10/3/2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Observatoire de la Démocratie - dans "Ils ont dit ou écrit" - nous vous recommandons
commenter cet article

commentaires