Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 07:32

La  nouvelle bande des quatre (II-3) : François Bayrou, Jean-Marie Le Pen, par Alexandre Dorna

c) M. François Bayrou, l’homme de l’exode. Figure de messie qui s’est faite avec de petits coups politico médiatiques (la fameuse « gifle »), des colères retenues (ne pas voter le budget du gouvernement), une posture anti-système mediatico-financier, du refus de la droite et de la gauche gouvernementales (étant toujours idéologiquement de droite) pour replacer le centre au centre.           Pourtant, le projet Bayrou est un pari réfléchi et volontariste. Les résultats inattendus de 18,6%  lui ont permis d’être en position d’avancer sur un chemin qui se fait en marchant. Le « Modem » est son nouveau pari stratégique. Rappelons que Bayrou n’a pas défendu durant sa campagne, une position « ni droite ni gauche », mais une position « droite et gauche »,  dont les changes dépendent en grande partie de l’affaissement de l’une ou de l’autre. Ainsi, M Bayrou ressuscite la vieille idée centriste, jadis très profitable, pour débloquer les situations conflictuelles de la vie politique. D’où un certain populisme feutré, mais vivant. Mais, le rêve de la conciliation et de la paix sociale si fortement ancrée dans la pensée sociale chrétienne ne semblent pas suffisant pour dépasser les clivages imposés par la Ve République. 

         d) M. Le Pen est-il le plus grand perdant de ces élections ? Ce n’est si sur. Car, malgré tout, son noyau dur reste fidèle. De plus, il est le seul à défendre une position non atlantiste. La défaite (relative donc) n’est pas attribuable à l’adoption d’une ligne politique nouvelle. Certains pensent que la « bourgeoisie » a changé de cheval. Mais, d’autres hypothèses sont plausibles : la moindre mobilisation des medias et la certitude que le vieux lion doit disparaître prochainement. Question capitale dans un parti à caractère autocratique. Bien entendu, la puissante offensive de M. Sarkozy sur le terrain idéologique du F.N. lui a pris des voix de droite. Faut-il rappeler que les électeurs du FN sont des déçus de droite et des déçus de gauche ? Par conséquence, rien de plus naturel que certain retournent à leurs origines selon les avatars des élections. Un fait intéressant est que les déçus de gauche sont restés le plus fidèles au chef. Enfin, on constate que le FN n’a pas été vampirisé par Sarkozy. C’est l’électorat de Le Pen qui a écouté le chant des sirènes du Président de l’UMP. Un électorat volubile qui peut retourner chez Le Pen à la moindre faille de Président de la République. Situation non souhaitable, mais potentiellement envisageable - 

Lire les trois parties de la nouvelle bande des quatre:  Ségolène Royal,  Nicolas Sarkozy, François Bayrou et Jean-Marie Le Pen

 

 

 

 

 

 

Lire toute l'analyse :

Introduction au débat

I./ Une crise charismatique et populiste retenue

II/La nouvelle bande des quatre :  

II.1Ségolène Royal,

II.2 Nicolas Sarkozy,

II.3 François Bayrou et Jean-Marie Le Pen

III/ Le renouveau du pouvoir et la quête idéologique

 

Réagissez, donnez votre opinion: cliquez ci dessous sur "ajouter commentaires

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Dorna - dans Positions
commenter cet article

commentaires