Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 06:29
Dans le cadre de son nouveau dossier sur le clivage "Gauche-Droite", l'Observatoire de la démocratie met en ligne les travaux de deux universitaires, tous deux chercheurs en psychosociolgie politique. Pour Alexandre Dorna, le clivage gauche droite doit s'effacer devant la République. Pour Benjamin Matalon, les différences sont telles qu'on ne peut les éluder...Jean-Francis Dauriac, Président de l'Observatoire de la démocratie  Lire notre dossier "Gauche/Droite"

Benjamin Matalon :  On ne peut pas éluder les différences…Les raisons de refuser l’opposition gauche / droite ne manquent pas, et pourtant elle se maintient. Simple inertie, ou conviction qu’elle reste malgré tout pertinente avec ses défauts et ses insuffisances ? Il vaut la peine, maintenant de s’interroger sur sa pertinence actuelle. Il est donc indispensable de commencer par clarifier un point essentiel, déjà abordé à la section précédente : dépasser le clivage gauche / droite, est-ce trouver la base d’une unité sur laquelle nous pourrons tous nous retrouver, et qui soit assez large pour permettre une politique ? Ou est-ce proposer un autre clivage, mieux adapté à la situation actuelle ? Je suis convaincu, je l’ai déjà dit –mais je reconnais que j’aurais de la peine de le justifier rigoureusement- que la politique ne peut fonctionner que sur des oppositions. Rêver d’unanimité me semble mener à une utopie redoutable. Il me semble irréaliste de penser qu’il puisse en être autrement. L’opposition entre la gauche et la droite en est une, qui a une longue histoire, même si son contenu a fortement changé au cours des deux siècles pendant lesquels elle a structuré la vie politique. Encore aujourd’hui, elle organise la perception du champ politique et ses organisations. Qu’elle ne recouvre pas toutes les oppositions existantes est une évidence. Peut-on trouver mieux, c’est-à-dire une opposition qui en laisserait moins en dehors ? Peut-être, mais cela ne se décrète pas. Au-delà des questions de principe qui les divisent, il y a des problèmes plus pratiques, plus immédiats, sur lesquels les positions de droite ou de gauche, même la gauche social-démocrate, la gauche de gouvernement, divergent clairement; j’en rappellerai trois : -Quelle place accorder au marché, donc aux entreprises, à la recherche du profit individuel et à la concurrence ? Y a-t-il des inégalités qu’il faut réduire et, si oui, par quels moyens ? -Quel est le degré de protection souhaitable pour chacun, et où prendra-t-on les moyens nécessaires pour le réaliser ? En principe, ces problèmes pourraient être traités indépendamment les uns des autres. En fait, ce n’est pas le cas, les solutions proposées à ces trois problèmes se regroupent. A gauche, on cherchera à limiter le domaine du marché (avec toutefois de grandes divergences sur la portée de ces limites), on s’efforcera de diminuer la plupart des inégalités, par l’éducation ou la redistribution, et on visera à développer le plus possible toutes les formes de protection. A droite, on s’efforcera de réaliser un marché aussi libre que possible, considérera que beaucoup d’inégalités sont justifiées ou au moins acceptables, insistera sur la responsabilité de chacun plus que sur la protection et considérera comme légitime la recherche de profit personnel. Bien sûr, je simplifie, et ces diverses positions n’ont pas toujours été associées, ni n’ont eu le même contenu. Mais on ne peut pas négliger ces corrélations. En revanche, sur le problème également important du rôle qu’on veut faire jouer à l’État, aussi bien la gauche que la droite sont divisées. Il pourrait constituer la base d’un clivage différent, mais il n’a pas trouvé jusqu’à présent son expression organisationnelle, sauf chez les anarchistes, et de toute façon, il ne ferait pas disparaître les problèmes précédents, bien que les réponses que les uns ou les autres pourront leur apporter puissent être différentes. Si on veut dépasser le clivage droite / gauche, ces problèmes subsistent, on ne peut pas les éluder, et les solutions proposées resteront différentes. Prétendra-t-on les dépasser aussi, et croire qu’on pourra trouver des réponses qui s’imposent à tous, autrement que par résignation ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by OD - dans Positions
commenter cet article

commentaires