Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 06:22
Dans le cadre de son nouveau dossier sur le clivage "Gauche-Droite", l'Observatoire de la démocratie met en ligne les travaux de deux universitaires, tous deux chercheurs en psychosociolgie politique. Pour Alexandre Dorna, le clivage gauche droite doit s'effacer devant la République. Pour Benjamin Matalon, les différences sont telles qu'on ne peut les éluder...Jean-Francis Dauriac, Président de l'Observatoire de la démocratie  Lire notre dossier "Gauche/Droite"

Définir la droite n’est pas plus facile, en fait elle est même beaucoup plus hétérogène que la gauche, et les organisations qu’on s’accorde à considérer comme la représentant ont beaucoup moins de stabilité que celles de gauche. Aucun parti de droite n’a duré longtemps, et leur nom, très changeant, ne dit en général rien sur leurs idées. La droite est hétérogène, à première vue plus que la gauche. Il ne semble pas trop difficile de situer les différentes positions de gauche sur une dimension unique qui irait de l’extrême-gauche au centre–gauche. Le faire pour le droite est impossible : la différence entre fascistes et libéraux, par exemple, ne peut pas se décrire en plus ou en moins, elle est qualitative. Et pourtant on les classe, et ils se classent, toujours à droite. Qu’est-ce qui justifie de les regrouper ?[1] Le critère simple du conservatisme, antirépublicain ou catholique, suffisant au XIXème. siècle, n’est plus pertinent, même s’il n’est pas complètement obsolète[2] et si on peut sans trop de peine repérer des courants d’idées à qui ce terme peut s’appliquer, même quand ses tenants ne l’utilisent pas.  Pour dépasser le simple conservatisme, insuffisant pour définir la droite, j’ai indiqué plus haut quelques caractéristiques parfois avancées pour la distinguer de la gauche : refus du volontarisme, insistance sur la responsabilité plus que sur la protection, sur les devoirs plus que sur les droits, sur la liberté plus que sur l’égalité… Mais ce n’est pas toujours vrai, et il y a plusieurs droites.. En particulier, la droite a souvent été extrêmement autoritaire, et pourtant les libéraux sont toujours classés à droite. Avec raison ? Qu’est-ce qui les réunit ? Qu’y a-t-il de commun entre les fascistes et les libéraux ou les démocrates chrétiens ? Encore plus nettement que pour la gauche, il est nécessaire de distinguer les positions dans le champ économique et dans celui des mœurs ou des attitudes à l’égard de l’État. René Rémond, dans un ouvrage de 1955 devenu classique, distingue en France trois droites : traditionaliste, bonapartiste et orléaniste qui, sous d’autres noms, doivent selon lui encore être distinguées aujourd’hui. Mais il n’affronte pas explicitement le problème de la définition de la droite, qui justifierait que ce soit trois variétés d’une même espèce. Comme la gauche donc, plus qu’elle, la droite est multiple personne n’en doute, surtout pas depuis Rémond. Si on peut définir les points communs à ses différentes variétés, c’est du côté du maintien d’un ordre et de l’acceptation des inégalités qu’il entraîne qu’il faut les chercher. Mais les droites diffèrent quant à l’ordre accepté ou souhaité. On peut observer une évolution significative sur ce point, et ne pas croire que toutes les droites se valent, ni qu’elles sont identiques aux variétés anciennes.Lire la suite

 

 

 

 

 

 

 



[1] Simone de Beauvoir remarquait que s’il n’y a qu’une gauche (c’était au moment de la guerre froide) et plusieurs droites, c’est parce que la vérité est une et l’erreur multiple. On peut trouver cela naïf et partisan, mais sa constatation, indépendamment du jugement de valeur, attire l’attention sur un point rarement mis en évidence.

[2] En France, personne ne se dit conservateur. C’est un terme utilisé principalement dans les pays anglo-saxons. Mais même là le sens a considérablement changé au cours du temps.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by OD - dans Positions
commenter cet article

commentaires