Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

3 mai 2007 4 03 /05 /mai /2007 07:38

"...La laïcité en Turquie a le plus souvent été imposée ou rétablie par la force et par l'intervention répétée de l'Armée (en 1913, 1923-1924, 1971, 1980), alors que les avancées de la démocratie représentative se sont plutôt traduites par un retour de la tradition religieuse (en 1950 et 1983 notamment). On peut à cet égard relever que l'histoire de la laïcité française est inverse ».

La laïcité turque date des origines de la République fondée par Mustafa Kemal dit « Atatürk » (« le père des turcs ») et a été imposée manu militari par la révolution culturelle kémaliste. En effet, à partir de 1924, Mustafa Kemal fait de la laïcité le principe fondateur de la nouvelle Turquie républicaine qui succède à l’Empire ottoman. Pour Mustafa Kemal, il s’agit de faire en sorte que la Turquie échappe au sort réservé à l’ensemble d’un monde musulman alors colonisé par les puissances européennes : en adoptant les valeurs des vainqueurs, il "sauve" la Turquie de la domination européenne et s’imposa comme interlocuteur incontournable.

Au-delà de cette laïcité existant depuis le début du 20 ème siècle, la Turquie est un Empire pluriethnique et multiconfessionnel qui a, très tôt, fait coexister loi islamique (seriat) et législation impériale (kanûn), et qui a du trouver des formules juridiques pour faire cohabiter des groupes ethniques, des langues, des religions et des droits différents. En effet, l’ Empire ottoman se caractérise par un syncrétisme traditionnel entre l’Asie centrale, l’Empire arabe, persan, et Byzantin. La gestion des rapports du politique et du religion relevait ainsi du césaropapisme (le sultan domine l’institution religieuse) et cette tradition de l’autonomie du politique a été transmise pendant la Révolution de 1908 aux Jeunes Turcs. Cette situation a donc préparé le terrain à une sécularisation relative dans la seconde moitié du XIXe siècle, et à la définition de compromis politiques et juridiques voulus par les constitutionnalistes

Chronologie : la marche vers la laïcité

Certaines dates méritent d’être relevées, afin de comprendre la mise en place de la laïcité en Turquie, et de saisir l’importance de la révolution kémaliste.

A partir de 1908, les Jeunes-Turcs ouvrent la voie au laïcisme kémaliste. En effet, avant Mustafa Kemal, la laïcité est venue aux Jeunes-Turcs, grâce notamment aux francs maçons du Grand Orient de France.

1922 : abolition du sultanat

29 octobre 1923 : avènement de la République

3 mars 1924 : abandon du califat et de l’enseignement religieux mais la Constitution, approuvée par la Grande Assemblée Nationale le 20 avril 1924 prévoit dans son article deuxième que « la religion de l’Etat Turc est l’Islam ».

1924 et 1926 : l'adoption et mise en place du code civil. Ce texte touche le coeur du champ d'application de la seriat (la vie religieuse et familiale, le statut des femmes). Son application est loin d'être égale sur l’ensemble du territoire de la République Turque. Parallèlement à la suppression des tribunaux religieux, le système judiciaire est entièrement réorganisé sur le modèle français.

10 avril 1928 : amendement de l’article deuxième de la Constitution et donc suppression des références à l’islam dans la Constitution.

1931 : définition du laïcisme et de cinq autres principes du kémalisme à savoir «  républicanisme, progressisme, populisme, étatisme et nationalisme ». La laïcité est introduite en 1937 dans la Constitution.

Après la Seconde Guerre mondiale, le système kémaliste décline et ce parallèlement à la mise en place en 1946 de la démocratie parlementaire pluraliste.

En 1950, le parti républicain du peuple qui est donc le parti kémaliste perd le pouvoir et c’est le parti démocratie qui prend le pouvoir. Ce succès du parti démocrate est en fait lié à la première expression politique autorisée de l'opposition des campagnes, des petites villes et des forces religieuses opposés à la modernisation autoritaire et à la laïcisation imposées pendant la période kémaliste. Il s’agit alors pour le parti au pouvoir d’assouplir les mesures laïques, de rétablir l’appel à la prière et de l'enseignement coranique en arabe, de restaurer la tolérance à l'égard de la polygamie et des usages vestimentaires traditionnels. Ces mesures rendent la laïcité plus en phase avec la société.

Mais les dérives arrivent rapidement : le système démocratique devient une dictature de la majorité et les droits de l'opposition sont bafoués.. Ces dysfonctionnements provoquent le coup d’état progressiste du 27 mai 1960. Ce coup d’état est soutenu par les élites turques et par les universités, foyer fondamental d’opposition à ce parti démocrate. La constitution turque est mise en place en 1961 et elle crée un régime que l’on peut qualifier de démocratique et de libéral. L’instabilité politique donne lieu à des interventions militaires, l’armée se posant comme défenseur de la laïcité et utilisant cette justification pour une reprise en main musclée.

Dans les années 80 et 90, le partie Refah pose la laïcité en adversaire de la religion. En effet, d’une part, la Turquie ressent l’influence de la révolution islamique iranienne de 1979. D’autre part, la Turquie jouit d’une grande proximité avec l’Arabie Saoudite wahhabite.

Enfin, il est possible de présenter pour conclure cette partie sur l’évolution de la laïcité en Turquie une phrase de synthèse écrite par Jean-Paul Burdy et Jean Marcou dans leur article précédemment cité. Selon eux « force est dès lors de constater qu'au cours du 20 ème siècle, la laïcité en Turquie a le plus souvent été imposée ou rétablie par la force et par l'intervention répétée de l'Armée (en 1913, 1923-1924, 1971, 1980), alors que les avancées de la démocratie représentative se sont plutôt traduites par un retour de la tradition religieuse (en 1950 et 1983 notamment). On peut à cet égard relever que l'histoire de la laïcité française est inverse ». Lire la suite? Thucyde

Extrait d'un dossier établi par Mademoiselle Aurore RUBIO, étudiante en troisième cycle de Droit et d'Histoire. Source  Thucyde

A lire aussi: Histoire de la Turquie Wikipédia

Partager cet article

Repost 0
Published by Observatoire de la Démocratie - dans Veille
commenter cet article

commentaires