Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 13:37

Populisme, démocratie : nos hommes politiques sont-ils tous devenus de (faux/vrais) populistes ? par Alexandre Dorna

La question commence à devenir sérieuse. Frôlant l’injure, l’ancien responsable de la Commission européenne, M. Barroso, n’hésite pas à traiter de populiste le président de la République Française. M. de Villepin, lui aussi, suite à une émission de télévision, se voit décerner le titre de « grand séducteur ». Inutile de parler de la « rupture » de M. Sarkozy. À gauche également, la dynamique « populiste » s’enclenche. M. Fabius, après son « nonisme » bien tempéré, s’habille de couleurs vives, voire populaires, pour devancer ses collègues socialistes pré-candidats, auréolés d’une certaine « popularité », et, comme autrefois M. Tapie, se déclare à nouveau intéressé à reprendre du service politique. Sans oublier la possible entrée en lice de M. Bové

 

La fumée cache-t-elle un incendie ?

Les résultats d’une récente enquête du CSA attisent le feu : les hommes politiques décrochent un nouveau record avec 71% d’opinions défavorables. Ce constat amène certains « experts » à une prévision : la présidentielle de 2007 se jouera sur fond de révolte électorale. Et nous serions tenté de dire d’appels populistes, là où on s’y attend le moins. Car, historiquement, la classe politique reconnaît toujours trop tard ce qui est déjà une évidence, en disant que peut-être vous aviez raison, mais que cela n’a aucune importance (parce qu’ils contrôlent la situation !), et qu’ils étaient au courant depuis longtemps. À tant vouloir transformer la politique en science de gestion et l’autorité en technique de management, il n’est pas étonnant que les hommes politiques eux-mêmes aient perdu la maîtrise des décisions jusqu’à choisir le statu-quo, faute de vision d’avenir.

Faut-il rappeler le syndrome populiste contemporain : le sentiment qu’ont les gens d’une société bloquée, une crise économique brutale, un chômage structurel, un électorat volatil, l’effilochement idéologique, le discrédit des hommes politiques en place, la transformation des partis en machines purement électorales, l’abstention galopante des citoyens, l’absence de projet sociétal commun, et, plus grave encore, le dysfonctionnement autiste de l’État [1] Lire la suite

 

Réagissez, donnez votre opinon : Sous cet article cliquez sur "ajouter commentaires"

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre dorna - dans Populisme
commenter cet article

commentaires