Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 01:00

 

Réagissez, donnez votre opinion:  sous cet article, cliquez sur "ajouter commentaire"

 

 

Signalons, d’abord, que l’émotion s’est imposée à l’heure actuelle dans la politique comme une technicité, plus précisément comme une manière d’avoir accès à des électeurs dans le cadre de la démocratie représentative pour obtenir des places dans le manège du pouvoir.

Les campagnes électorales sont sous l’emprise du marketing. Et le marketing, en analysant les situations actuelles, fait appel à l’énorme demande de la culture de l’émotion.

Pour mieux nous situer dans la sphère du politique émotionnel, rappelons que la modernité en politique (démocratie représentative) impose un modèle selon lequel une classe ou une caste s’occupe de la gestion et des affaires de la cité, sous l’angle d’une rationalité de plus en plus technocratique. Les effets sont connus : langue de bois, désenchantement, abstentionnisme, décrédibilisation des politiques et de leurs structures.

En somme, une glaciation de la sphère du politique.

Or, en prenant un raccourci, disons qu’une nouvelle race de politiques  s’est installée dans l’espace public. Ce sont des hommes ou des femmes dont le métier politique est la communication, utilisant l’émotion comme stratégie de pouvoir. 

Il y a eu, dans les vingt dernières années, l’émergence d’un Le Pen et d’un Tapie, puis, progressivement, tous les politiques ont glissé vers le spectacle comme moyen d’obtenir l’adhésion de la population. C’est le star-system et la politique « people », par le truchement des couvertures de magazines, des émissions de variétés et des plateaux de radio et de télévision.

La politique électorale se fait au rythme du monde des artistes de variétés.

La notoriété via les médias est le plus sûr moyen d’obtenir une place dans le jeu politique et les instances de pouvoir.

Les derniers personnages du star-system, sans a priori, sont (élection présidentielle oblige) : Ségolène Royal, avec un registre émotionnel « soft » dont le credo est « je pense ce que les Français pensent », et Nicolas Sarkozy, dans un registre plutôt « hard », qui déclare  ne pas être marqué à droite, mais au peuple.

La toile de fond est grisâtre : une crise qui ne cesse de s’aggraver, une lame déferlante qui menace de tout emporter sous la forme d’un néo-populisme médiatique, un repli du citoyen sur le privé, une démocratie qui s’effrite et une classe politique technocratique sans courage. 

 

 

 

En conséquence, nous sommes devant une situation de manque de leadership charismatique (Dorna 1998). Ce type de crise se caractérise par la présence d’un ou de plusieurs leaders dont la personnalité est magnétique et le principal attribut une grande énergie, capable(s) d’attirer les masses et de les conduire sur le chemin de l’action politique  dans une période de temps assez brève, par la magie de gestes et de discours à forte charge émotionnelle.

Max Weber l’explique ainsi : « Le charisme est en principe une puissance qui se situe hors de l'ordinaire et pour cette raison hors du circuit économique. » Et il ajoute plus loin : « La qualité extraordinaire d'un homme, soit réelle, soit supposée, soit prétendue… à laquelle les sujets se soumettent en vertu de leurs croyances. »

 

 

 

 

 

 

Peut-on penser qu’une telle situation est un débordement d’émotion à cause de l’émergence d’une personnalité extraordinaire ?  Si certains le pensent, d’autres se disent qu’il faut revenir sur une compréhension psychologique du phénomène charismatique.

Peu importe : une vision transversale s’impose. La crise charismatique s’annonce comme l’avènement d’un moment extraordinaire et l’émergence presque ex nihilo d’un leader de masse :

-          C’est un moment de rupture où les conditions objectives et subjectives sont réunies pour renverser le pouvoir en place.

-          C’est un moment où les masses ressentent un grand soulagement après une forte tension.

-          C’est un moment  d’une immense colère cumulée contre les élites en place.

-          C’est un moment où les masses se mobilisent spontanément, sans une organisation formelle ni un programme défini collectivement.

-          C’est un moment où les masses adhèrent en corps et en âme à un homme (ou à une idée) perçu comme un leader extraordinaire et en possession de traits charismatiques.

-          C’est un moment où l’émotion collective est à son niveau le plus haut.

-          C’est un moment vécu par les masses comme une refondation historique.

 

 

 

Voici une schématisation du processus de crise charismatique :

 

 

 

Ordre ancien => Statu quo => Crise => Leader (charisme) + doctrine + appel au peuple + communauté de sens => Rupture => Remplacement d’élites => Ordre nouveau => Routinisation …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ces remarques nous amènent à caractériser le type de leadership charismatique dans les situations de crise comme « le medium » perçu en termes de fusion du naturel et du surnaturel, où le merveilleux côtoie le possible. Il appartient au leader medium d’articuler les demandes de changement socio-politique (à un moment et dans un contexte donné) avec une vision d’avenir imprégnée des attentes des masses.

Le tableau suivant  illustre nos propos.

 

 

 

     

Le Contexte Sociopolitique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Besoins)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Demande =>    Medium   <=   Vision attendue

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(Masse)          (Leader)               (Message)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Contexte historico-culturel

 

 

 

 

 

 

 

               

 Non sans inspiration, les théoriciens du charisme parlent de l’union extraordinaire du rêve et de la puissance, de la magie et de la propagande, de la vision d’avenir et de l’énergie antidépressive. Le phénomène charismatique résume la fusion technique paradoxale - dans une culture de l’émotion - de l’art archaïque de la domination de masse et de la rhétorique. 

Réagir ? Donner votre opinion? 

Sous cet article, cliquez sur "ajouter commentaire"

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Dorna - dans Médias ou propagande
commenter cet article

commentaires