Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 01:31

 La doctrine républicaine: une sagesse politique perdue ? par Alexandre Dorna Professeur d'Université, Psychosiciologue   

 

 Partons d’un constat simple d’aujourd’hui : la République est honorée et le républicanisme est plébiscité en France. L'idéal républicain, selon les élites modernes, a traversé, paraît-il, tous les clivages politiques de nos cinq  "républiques".  Or, une profonde impression de désenchantement, voire de désillusion se fait sentir. Elle s’exprime sous la forme d’une double question qui renforce le doute : Avons-nous un républicanisme sans République ?  Avons-nous une République sans républicanisme ? Certes, les valeurs de la République sont largement reconnues. Quelques uns se rappellent le message républicain en le réduisant aux valeurs consensuelles du triptyque : liberté, égalité et fraternité, tandis que d’autres mettent l’accent sur la déclaration des droits de l’homme, mais parfois en oubliant d’y ajouter « et du citoyen ». Enfin, les plus « cultivés » de nos politiques n’hésitent pas d’assimiler le républicanisme à la modernité et au siècle de Lumières au point de faire de Voltaire et des philosophes du 18eme siècle le paradigme républicain, en oubliant leurs penchants monarchiques. Il est utile de constater que l’utilisation massive et généralisée de la notion de Républicanisme dans le vocabulaire politique est réapparu  récemment : il n’y a pas plus de 15 ans. Toutefois, une chose est certaine : la doctrine et la signification du républicanisme restent dans la pénombre des idéologies modernes et sont confusément évoquées. Lire la suite

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Dorna, Vice Président de l'Observatoire de la Démocratie - dans République
commenter cet article

commentaires