Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 01:11

Depuis des décennies, Jürgen Habermas, à la fois philosophe et sociologue, occupe une place de premier plan sur la scène intellectuelle en Europe et en Amérique. Ses oeuvres sont vite traduites et suscitent nombre de commentaires, en général laudateurs. Beaucoup le considèrent comme un des penseurs les plus importants de la deuxième moitié du vingtième siècle et voient en lui un continuateur des théoriciens de l’École de Francfort, Horkheimer et Adorno. Pourtant, Jürgen Habermas lui-même n’a pas caché qu’il était fort critique à l’égard de ceux qu’on présente comme ses prédécesseurs. Ce que l’on sait moins, c’est que les deux chefs de file de la théorie critique ont émis de très fortes réserves sur celui qui était leur collaborateur à « l’Institut für Sozialforschurng » de Francfort. On en a un témoignage éloquent dans une lettre adressée par Max Horkheimer à son ami Theodor W. Adorno le 27 septembre 1958 [] Le texte en est long (une dizaine de pages imprimées en petits caractères) et porte pour l’essentiel sur un article de Habermas consacré à Marx et au marxisme. Horkheimer dit d’emblée qu’il a des divergences fondamentales avec le jeune Habermas. Il lui reproche en premier lieu de centrer son interprétation de Marx sur les oeuvres philosophiques de jeunesse en méconnaissant les oeuvres de la maturité liées au projet de critique de l’économie politique. Le fait est d’autant plus remarquable que Max Horkheimer ne se réclame plus du marxisme depuis la fin des années trente et ne cherche pas à donner des leçons d’orthodoxie en cette matière, bien au contraire ! La théorie critique telle qu’il entend doit être critique du marxisme, mais doit se faire en même temps ré appropriation de Marx en le comprenant autrement. Lire la suite

 

 

 

 

Source :  http://multitudes.samizdat.net   Mise en ligne décembre 1997

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie Vincent - dans République
commenter cet article

commentaires