Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

7 juin 2006 3 07 /06 /juin /2006 09:57

Eléments pour une doctrine républicaine (4) : ALAIN ou  la révolte permanente de l'esprit, par Alexandre Dorna , Vice Président de l’Observatoire de la Démocratie, Professeur d’université en psychosociologie politique-   Ce philosophe, original et profond, situe volontairement la doctrine radicale dans le cadre d'une morale, d'un savoir vivre, et d'une pratique du dialogue. Il constate que tout pouvoir est absolu, donc méchant et totalitaire. Le leitmotiv du citoyen doit être l'exigence d'un contre-pouvoir :  il faut contrôler le contrôle. L'analyse du pouvoir l'amène à concevoir la justesse de la position républicaine. Produit d'un équilibre d'opinions contradictoires, la citoyenneté est à la fois résistance et obéissance. C'est l'ordre par l'obéissance, et la liberté par la résistance. Le pouvoir démocratique n'est que résistance, il se révèle trop sensible à l'anarchie et ne peut bien fonctionner que dans le cadre d'une position républicaine exigeante. La République assure à la fois résistance et obéissance. Elle est un choix, un parti-pris, une règle à laquelle chaque citoyen doit plier son existence. Mais les beaux et nobles principes de la République n'ont de sens que si l'homme citoyen a le souci de les réaliser, de les adopter, de les appliquer à lui-même et à la société. Alain écrit avec fermeté : "Dès que vous voyez la pensée se séparer de l'outil, il n'y a plus d'espérance pour une vraie République. Il faut basculer les pouvoirs... la coupure entre ceux qui savent et ceux qui font est le vrai mal..." Enfin, la République repose, nous dit encore Alain,  sur l'interactionet le respect de trois pouvoirs: ° Le pouvoir du gouverneur : il n'est jamais parfait, aussi bon que soit l'homme. Car, tout pouvoir corrompt, surtout quand il peut agir sans contrôle ni limite. ° Le pouvoir du conseiller : c'est celui des spécialistes. Par définition, ils forment une élite, une aristocratie de non-élus. Ils entourent ceux qui nous gouvernent, mais ne sont pas responsables des décisions qu'ils amènent les politiques à prendre. ° Le pouvoir des citoyens de dire non : c'est la capacité de s'opposer qui forge l'esprit républicain. Une maxime traduit cette idée : "Obéir de corps, ne jamais obéir d'esprit". Certes, Alain n'est pas naïf, il sait bien que l'opinion publique est manipulable et manipulée, mais il pense qu'un dernier recours existe : le suffrage universel secret. C'est par l'équilibre et la justesse de ces pouvoirs que l'existence même de la République a été rendue possible.

 

 

 

 

Note : Cette série d’articles sur la doctrine républicaine est  une version remaniée de deux textes, dont l'un fut publié dans Baumont S. et Dorna A. (2001): Les grandes figures du radicalisme. Toulouse. Privat et l'autre - inédit – d’un  exposé au colloque la Société d'histoire du radicalisme au Sénat le 23.10.01 Bibliographie: Aulard A. (1901)  : La Révolution française. Paris. Baumont S. et Dorna A. (2001): Les grandes figures du radicalisme. Toulouse. Privat. Dorna A. (1998) : Les fondements de la psychologie politique. Paris. PUF. Dorna A. (1994) : Éléments sur l'idéal et les raisons de la doctrine radicale. Les Cahiers radicaux. N° 1. 1994. Paris. Dorna A. (1999) : Le Populisme. PUF. Manin B. (1995): Principes du gouvernement représentatif. Paris. Flammarion. Memmi A. (1989 ) : Pour un laïcisme humaniste. "Le Monde" du 23.6.1989. Nicolet C. (1982) : L'Idée républicaine en France. Gallimard. Paris. Laprevote O. (1994) : La Démocratie devant la science : compte-rendu. Les Cahiers radicaux. N° 1. 1994. Paris. Pettit Ph. (1997): Republicanism. A theory of freedom and government. Oxford. Oxford University Press . J. Pocock (1975-1995) : Le moment machiavélien. Paris. PUF Spitz J.F. (1995) : La liberté politique. Paris. PUF Skinner Q. (1978): The foundations of modern political thought. Cambridge. Cambridge University Press.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Dorna - dans République
commenter cet article

commentaires