Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 08:01

Dans cet entretien à l'Observatoire du communautarisme, Catherine Kintzler, professeur de philosophie à l'université de Lille-III, résume le propos de son dernier essai Qu’est-ce que la laïcité ? (Vrin, 2007), solide réflexion philosophique sur la notion de laïcité. Elle revient également sur la dernière décennie - pendant laquelle on aura beaucoup polémiqué autour de la laïcité, sur le sens d'un engagement ou d'un militantisme laïque, enfin sur la nature du féminisme républicain qu'elle oppose au féminisme essentialiste. Qu'est-ce que la laïcité ?, Catherine Kintzler, Vrin, 2007

Observatoire du communautarisme : Quelle est la thèse centrale de votre essai Qu’est-ce que la laïcité ? (Vrin, 2007) ? En quoi prolonge-t-il vos travaux antérieurs sur le concept et le principe de laïcité ?

Catherine Kintzler :
Je pars dans cet ouvrage d’une distinction que j’ai déjà étudiée auparavant entre tolérance et laïcité et je lui donne un développement philosophique plus large. Le dispositif de pensée est très différent dans les deux concepts et cette différence conduit à réfléchir sur la forme de l’association politique.

A la différence de la simple tolérance, qui pose la question de faire coexister les libertés telles qu’elles sont, les gens tels qu’ils sont, les communautés telles qu’elles sont dans une société donnée, la laïcité construit un espace a priori qui est la condition de possibilité de la liberté d’opinion de chacun. Cela semble très complexe et très abstrait, mais il s’agit tout simplement de construire un espace qui ne se contente pas de prendre en compte les données sociales, qui ne fonctionne pas avec des groupes d’influence. La liberté de chacun est reconnue a priori, pourvu qu’elle reste dans le cadre du droit commun : j’ai le droit d’avoir une religion, de ne pas en avoir, d’en avoir une dont je suis le seul fidèle… Il faut aller jusqu’au comble de l’abstraction pour exprimer cela : dans un Etat laïque, on assure la liberté de chacun, y compris de celui qui n’existe pas, parce que c’est celui-ci qui est le critère de mon droit réel. Cette abstraction est en réalité très concrète : lorsque je m’arrête au feu rouge à 3 h du matin et qu’il n’y a personne de l’autre côté, je respecte le droit d’une personne fictive. Mais cette personne, c’est également moi : je pourrais être là-bas. La laïcité fonctionne un peu comme cela à l’égard de la liberté de croire et de ne pas croire : elle est la condition de possibilité de la tolérance qui règne dans la société civile et elle assure toute liberté d’opinion, pourvu que celle-ci respecte le droit commun. C’est un dispositif aveugle qui ne regarde pas s’il y a telle ou telle religion, telle ou telle opinion, et qui ne se demande jamais si telle ou telle religion, telle ou telle opinion est numériquement importante. On a le droit de croire et de penser comme personne d’autre ne le fait…

On voit tout de suite que le principe de laïcité est fondé sur la priorité absolue du droit de l’individu sur celui de tout groupe.

Lire la suite


Fondamental
L'histoire de l'esclavage

Qui sommes nous?
L'Observatoire de la démocratie

Partager cet article

Repost 0

commentaires