Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

30 mars 2006 4 30 /03 /mars /2006 10:51

Parier sur la croissance et l’emploi, pour que le plus grand nombre renonce à faire des études ? Revenir de façon plus ou moins explicite à une sélection précoce ? Cibler la solidarité nationale exclusivement, sur ceux qui sont les plus défavorisés et se trouvent exclus du système scolaire ? Cela est vain et à courte vue.....Propos sur la Jeunesse - 30 mars 2006 (II) par Jean-Francis Dauriac  (Lire le propos précédent ? cliquez ici).    

 

 

 

Parier sur la seule croissance reviendrait à admettre que l’augmentation massive du niveau d’études n’avait pour but que de contenir les statistiques du chômage. Et, cela est sans doute partiellement vrai. Mais pour autant, quelles qu’en soient les raisons, il sera difficile de faire marc he arrière. Car, quand bien même la croissance serait de retour, nul ne pourrait occulter l’intérêt pour les études, ne serait ce que pour fuir les travaux pénibles, augmenter la faculté de choix, ou se prémunir contre un avenir incertain et très fluctuant, dans un pays – fait atypique- où le diplôme est roi et le restera très longtemps. Quant au mythe de la sélection précoce, par exemple à l’entrée de l’Université, il se heurte à des arguments culturels mais aussi d’ordre économique et politique. Sur le plan culturel, la tendance est pour longtemps à la revendication de choix individuels et au qualitatif, auxquels aucune collectivité ne saurait raisonnablement contrevenir. Il semble difficile de demander à des jeunes qui réussissent même sans brio particulier leurs études et leurs diplômes dans le secondaire, de renoncer à choisir la suite de leur formation. De plus, au de là de toutes considérations individuelles, notre société a politiquement beaucoup de mal à prévoir durablement les besoins d’une économie mondialisée et en constante et si rapide mutation. L’évolution des besoins est souvent plus rapide que l’adaptabilité de nos systèmes de formation. Elle  ne s’embarrasse pas de devoir organiser et planifier les nécessaires reconversions Enfin, comment concilier sélection précoce et formation à tous les âges de la vie, dans une société où le diplôme initial à 25 ou 26 ans ouvre toutes les voies royales reléguant à un niveau moindre et résiduel l’expérience et le savoir faire de non diplômés ou de diplômes moins prestigieux. Quant à privilégier celles et ceux qui sont dès le plus jeune âge en situation d’exclusion, à quoi bon, si ceux qui ne le sont pas n’ont aucune perspective. L’action

 

 en faveur de ceux qui échouent ne peut être efficace, que si elle est couplée avec de réelles perspectives pour ceux qui sont censés avoir réussi. A défaut, l’échec des uns agit comme un contre exemple sur les autres. A quoi bon travailler, se

 demandent certains gamins de banlieue, si leur grand frère ou leur grande sœur, qui ont « réussi » en obtenant le baccalauréat ou une licence sans grande valeur se retrouvent déclassés ou au chômage ? Mieux vaut rêver d’argent « facile », d’une carrière de footballeur ou bien plus grave et de plus en plus fréquent, mieux vaut prendre le risque de « dealer », voire de voler. La dévalorisation voire l’échec social des diplômés de « seconde zone » agissent comme un contre exemple social et constituent un redoutable poison social : non seulement ils déçoivent, ceux qui sont concernés, mais tuent l’espoir de toute progression sociale. Cet espoir qui maintient et préserve le lien social pour ceux qui sont le plus durement frappés. Sans espoir, d’une génération à l’autre, la société perd son crédit et la cohésion risque de voler  en éclat.  Lire la suite? cliquez ici    

 

 

Réagir, écrire une contribution ? cliquez sous cet article sur "ajouter commentaires. 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Francis Dauriac - dans Positions
commenter cet article

commentaires