Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Références

Revenir à l'accueil?

  Cliquez ci dessous

image002-63x64_1_.gif

 

 

TEXTES

FONDAMENTAUX

   

imagescah5x4h8.jpg

Histoire de l'esclavage

 

Histoire du droit de vote

 

Laïcité, texes fondamentaux

 

Déclaration universelle des droits de l'homme 1948

 

Déclaration des droits de l'Homme 1789

 

La démocratie à Athènes

 

Loi de séparation des églises et de l'Etat 1905

 

J'accuse d'Emile Zola

  

Robert Badinter
60ème  anniversaire de la Déclaration
Universelle des Droits de l'Homme
 
 

Catherine Kintzler

Qu'est ce que le communatarisme  

  

 

De la race en Amérique

Obama    

 

 

Pratique

DOSSIER DU MOIS

  

La-cit-.jpg

  La laïcité dans le monde

 

La laïcité en Turquie

La laïcité en Grèce

La laïcité en Belgique

La laïcité au Portugal

La laïcité en Allemagne

La laïcité aux Etats Unis

L'actualité de la laïcité

 

 

OUTILS   

 

 

   Rituels républicains

Pour vos cérémonies de
baptêmes républicains,
mariages civils...

 

Enseigner la démocratie

   Outils pour les enseignants 

  

Apprendre l'Europe en jouant
Quiz sur l'Europe 

Créer son propre blog? 

 mode d'emploi    

   

 

 

  

Revenir à l'accueil?

image002-63x64_1_.gif

 

 

9 janvier 2006 1 09 /01 /janvier /2006 19:09

 

La réaction de Laurent Bonsang

Envoyé : lundi 9 janvier 2006 13:42
À : observatoiredemocratie
Objet : Re:Position, janvier 2006
 
C'est avec un grand intérêt que je prends connaissance de ton article qui me fait réagir sur le fait que d'après ce que j'en conclue, laïcité-république ne seraient pas compatibles avec social-démocratie et construction européenne. je reconnais aussi que cette synthèse personnelle peut être aussi simpliste. tout d'abord sur la république... aujourd'hui dans l'UE nous avons 25 Etats membres dont 18 républiques ; à noter que tous les 10 nouveaux Etats membres qui ont adhéré à l'UE sont des républiques et que l'ensemble des pays candidats qu'elle que soit notre opinion sur leur adhésion ou non (turquie par exemple) sont des républiques. une république est un système politique où le chef de l'Etat est choisi soit directement soit indirectement par ses citoyens contrairement à une monarchie où à la tête de l'Etat se trouve une personne qui est à cette place car faisant partie d'une famille qui monopolise le pouvoir, pouvoir qui s'hérite au sein de cette famille. dans une monarchie aujourd'hui, le pouvir du monarque est limité puisque l'essentiel du pouvoir politique est tenu par les élus (je n'en pas dans les détails entre les système de pouvoir où c'est le gouvernement qui "domine" ou que c'est le "parlement"). Je suis républicain dans le sens où j'estime qu'il appartient aux citoyens -directement ou indirectement (c'est le cas de l'Allemagne)- de choisir le "Chef de l'Etat" le président (ou la présidente : cf T Hallonen Présidente de la Finlande) ; je ne peux acepter qu'une famille puisse avoir le privilège que dis-je le monopole de régner "ad vitam aeternam". néanmoins, au niveau du fonctionnement institutionnel, une république n'est pas forcément plus démocratique qu'une monarchie constitutionnelle. 2 exemples : la France et la Grande-Bretagne sur une question simple : la maitrise ou non de l'ordre du jour parlementaire. en france, tu sais que c'est le Gouvernement qui impose avec même des articles de la constitution qui lui permettent d'user du fameux article 49-3 ; en Grande-Bretagne, c'est la Chambre des Communes qui a la maitrise de son ordre du jour et récemment son leader (travailliste) a rappelé à l'ordre T Blair en lui disant qu'il n'appartient pas au Premier ministre d'imposer ses choix à la chambre des communes. autre exemple venant d'une autre monarchie parlementaire où le fonctionnement démocratique me semble meilleur que le notre : la Suède (parles en avec Richard Taillefer par exemple). sais tu par exemple qu'avant chaque réunion du Conseil des Ministres de l'UE, le Ministre en charge d'un portefeuille précis a dejà eu l'occasion de faire circuler la proposition législiative venant de la Commission européenne dans chaque Ministère, le Ministre présente aussi la proposition au Riksdag (le parlement suédois). la proposition est débattue. en France? conséquence : à bruxelles, lors de la réunion du Conseil chacun sait que lorsque le Ministre suédois intervient, c'est après un large débat (idem pour le Danemark), lorsqu'il s'agit d'un ministre français, où à été le débat? Tu vas me dire que j'encense les monarchies parlementaires européennes mais au contraire comme je l'indique plus haut mais notre pays doit faire évoluer son fonctionnement démocratique en s'inspirant de ses exemples et je suis certain que tu partages ces convictions. je vais peut-être être un peu provocateur - pour une fois . je suis certain que tu es férru de lectures. tu connais surement "du principe fédératif" de Proudhon. je partage volontiers ses propos lorsqu'il écrit "une république unitaire et une monarchie constitutionnelle sont une seule et même chose : il n'y a qu'un mot de changé et un fonctionnaire en moins". à vrai dire s'il y a une chose que je partage avec Montebourg par exemple c'est la critique d'un régime dont le fonctionnement est monarchique en France ; tout repose sur l'élection présidentielle alors que j'estime que le principal est dans l'élection législative et le président peut tout à fait n'avoir qu'une fonction honorifique ; où cela peut-il géner sauf celles et ceux qui en fin de compte sont les héritiers spirituels de la monarchie absolue et où désormais nous avons un monarque de droit populaire après avoir eu dans l'ancien régime un monarque de droit divin. mais là je diffère de Montebourg est de savoir s'il faut aller jusqu'au bout pour appeler de nos voeux à une 6ème république ; je pense peut-être à tord que nous pouvons faire évoluer les choses en ayant une autre pratique politique. je terminerai cette première partie par le fait d'indiquer que l'UE - fédération d'Etats et de citoyens- est présidée par un président et non par une tête courronnée. non la république n'est pas une spécificité française et je dirai même que le dernier élargissement renforce les républiques! la laïcité maintenant vaste débat. faut-il savoir si oui ou non le projet de traité constitutionel était une menace ou non pour la laïcité, telles est ton intérrogation où tu dis, chose intéressante, que telle n'est pas la question. mais alors, pourquoi tant de propos et de déclaration de type mélanchon et consort. sur la question de la laïcité et du tce, tu connais ma position car j'ai déjà eu l'occasion de l'argumenter lorsque de la campagne référendaire. je n'y reviendrai pas même si je souhaite te poser une seule question : comment avoir un futur texte où nous arriverions déjà à ce qui est écrit dans le traité constitutionnel (sans même parler de laïcité) avec l'évolution politique de certains etats membres depuis 6 mois. un seul exemple : les convictions et les dire du nouveau président et de la nouvelle majorité en Pologne. je veux me tromper mais le peu de choses que je connais de l'UE me fait craindre pour l'avenir avec le fait qu'en fin de compte les Français se seraient mis une balle dans le pied. même si la laïcité n'est pas inscrite noir sur blanc au niveau européen, elle n'est nullement en danger ; je dirais même que le vrai danger pour la laïcité n'est pas l'europe mais en france même avec un certain sarkozy. sur cette question de la laïcité, je t'envoie pour ton information en pièce jointe un texte très intéressant de la cour européenne des droits de l'homme de juin 2004 sur le recours justement concernant la laïcité en turquie. même si le terme de laïcité n'est pas écrit noir sur blanc dans les traités européens, tu peux en trouver des principes en parcouru plusieurs articles. il y a une chose avec laquelle il faut faire attention au niveau de la laîcité. la laïcité ne signifie pas la négation des religions. chacun est libre de croire ou de ne pas croire et à vrai dire je me fais un plaisir de te citer encore Proudhon dans sa lettre qu'il adressa à Karle Marx en 1846 : "cherchons ensemble, si vous voulez, les lois de la société, le mode dont ces lois se réalisent, le progrès suivant lequel nous parvenons à les découvrir ; mais pour Dieu! après avoir démoli tous les dogmatismes a priori, ne songeons point à notre tour à endoctriner le peuple ; ne tombons pas dans la contradiction de votre compatriote Martin Luther, qui après avoir renversé la théoligie catholique, se mit aussitôt, à grand renfort d'excommunications et d'anathèmes, à fonder une théologie protestante... parce que nou sommes à la tête du mouvement, ne nous faisons pas les chefs d'une nouvelle intolérance, ne nous posons pas en apôtres d'une nouvelle religion, cette religion fut-elle la religion de la logique, la religion de la raison". Sages paroles à mon sens. je reconnais dans ma réponse que je ne parle pas du fond de ton article mais je voulais apporter des réponses à certaines affirmations. l'UE n'est pas parfaite ; elle est aujourd'hui dans la situation que nous savons ; à nous qu'elle puisse se développer et qu'elle soit un peu moins imparfaite mais faisons attention à ne pas tomber dans un vision simpliste comme je l'indique au début de cette réponse même si opn peut entendre ça et là de tels propos fussent-ils "majoritaires" ou "ambiants". tu connais comme moi les propos de François Mitterrrand en mars 1981 sur la peine de mort... il faut avoir en fin de compte le courage politique. en eséprant n'avoir aps été trop long mais je souhaitais te faire part de tout ceci et pourquoi pas pursuivre cette discussion.  cordialement Laurent Bonsang

Partager cet article

Repost 0
Published by Observatoire de la Démocratie - dans "Ils ont dit ou écrit" - nous vous recommandons
commenter cet article

commentaires